La nutrition vue à travers Google

En cherchant une image pour illustrer mon article sur les protéines, je me suis rendu compte que Google offrait un miroir de nos clichés, nos lieux communs et croyances profondes, y compris en matière d’alimentation. J’ai alors eu l’idée de me livrer à un petit jeu pour voir quelles images apparaitraient en haut des résultats pour différents mots clés. Cet exercice, assez futile, fournit une illustration frappante du sens commun concernant l’alimentation.

Protéines

Commençons par l’exemple que je mentionnais, les protéines. Sans surprise, presque, quand on tape protéines, toutes les photos illustrent de la viande, poisson et produits laitiers.

2015-05-18 10.59.29 pm

 

Mais on voit aussi, dans l’image du milieu à droite, deux plats de lentilles.

Nourriture saine

Un autre mot clé intéressant est celui de « nourriture saine », où les aliments d’origine animale ont pratiquement disparu. Rappelons qu’il ne s’agit pas ici de « sain » pour un vegan, mais de ce que les internautes en majorité associent avec le mot clé « nourriture saine » tel que référencé par Google.

Food for thoughts

Je suis ensuite passé à l’anglais pour des mots clés plus spécifiques et pour lesquels l’anglais produisait un plus grand nombre de résultats.

Ainsi, pour l’expression « food for brain » (nourriture pour le cerveau), ce sont une nouvelle fois les plantes qui arrivent largement en tête. A croire que notre cerveau sait ce qui est bon pour nous.

2015-05-18 11.12.34 pm

 

Manger pour célébrer

Si on interroge maintenant Google sur la nourriture dans le contexte de la fête, les résultats illustrent à quel point la viande est associée dans nos cultures, comme dans beaucoup d’autres, avec l’idée de célébrer.

2015-05-18 11.16.17 pm

 

Que conclure de ceci? Les résultats fournis par Google ne sont qu’une illustration, anecdotique mais tangible, des biais véhiculés par notre culture. Il serait intéressant de faire le même exercice sur google.ae en arabe (Emirats arabes unis), google.co.ke (Kenya), google.co.jp en japonais, etc, afin d’introduire un peu de relativité dans cet état de fait.

Quoi qu’il en soit, le premier et plus grand défi à relever en vue de généraliser la prise de conscience de la nécessité de changer notre alimentation passe par la culture. C’est l’évolution de nos partis-pris culturels qui créera la dynamique du changement, tout en pérennisant ce changement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *